Épisode du 28/02/2024

Je prends un peu d’avance, au cas où… l’actualité du disque prime ce soir avec deux géants du jazz productifs et bel et bien en activité en studio et sur les scènes.

Nous le réécouterons encore c’est plus que certain et notamment le 6 juin à l’occasion des célébrations du D-Day. En ce jour de 1944 naissait à Kingston, Jamaïque, Montgomery « Monty » Alexander, il célèbre ce jour particulier avec un album en trio singulièrement attachant. C’est peut-être avec l’album MONTREUX ALEXANDER enregistré le 10 juillet 1976 au Montreux Jazz Festival avec son trio régulier composé alors du contrebassiste John Clayton et du batteur Jeff Hamilton que le pianiste devient définitivement et internationalement célèbre et reconnu. Virtuose, swing man communicatif, connaissant tout de l’histoire des pianos, âgé alors de 32 ans, il apparait un digne héritier d’Oscar Peterson et montre aussi ses singularités venues de son amour de la musique de la Jamaïque qu’il continue de jouer également. Il n’aura de cesse de la célébrer en référence au travers de sa recherche d’originalité jusqu’à amener sur scène et en studio les deux formations, l’une jouant le reggae et l’autre le jazz, lui au centre avec son piano balance successivement vers les deux univers. Pour D-DAY, son nouvel enregistrement qui célèbrera ses quatre-vingt ans, Monty Alexander est particulièrement intime, romantique, introverti, une facette peu connue de son répertoire. En compagnie du contrebassiste Luke Sellick et du batteur Jason Brown, ils rejouent trois standards intemporels dont le célébrissime Smile de Charlie Chaplin et huit compositions que le pianiste a réservé pour cet enregistrement surprenant réalisé en France pour le label Peewee!

Autre nouveau disque que vous avez aussi en primeur absolue, le saxophoniste Chris Potter, décidément très productif, signe un nouveau projet qui va plus que très certainement faire date puisque pour l’accompagner il a réuni autour de lui un trio de très haute voltige avec Brad Mehldau (p), John Patitucci (b) et Brian Blade (dm), excusez du peu. Chris est musicien professionnel depuis ses treize ans, il joue tous les saxophones, les clarinettes aussi, il s’est fait connaitre au côté du légendaire Red Rodney avant d’enchainer un nombre impressionnant de collaborations : Dave Holand, Paul Motian, Pat Metheny, Mike Stern, Steve Swallow, Joanne Brackeen, Steely Dan, Mingus Big Band… parsemées de projets personnels originaux toujours remarqués, il est très certainement l’un des plus talentueux des saxophonistes de ces vingt-cinq dernières années. C’est toujours chez EDITION Records que les compères ont enregistré EAGLE’S POINT avec huit nouvelles compositions originales du leader.

"Brad, John and Brian have been three of my favourite musicians on the scene ever since I first met and played with them in the early nineties. It was such a joy to bring them together to play on this project, it was a super fun album to make. The depth of artistry and warmth of feeling they bring to every note they play is a huge inspiration to me".  Chris Potter

Pour les fraicheurs/primeurs du jour:

  • June 6 – Monty Alexander
  • Montevideo – Monty Alexander
  • Eagles’s Point – Chris Potter
  • Restoration – Monty Alexander
  • Aria For Anna – Chris Potter
  • Jammin’ – Monty Alexander
  • Oh Why – Monty Alexander
  • Indigo Ildiko – Chris Potter
  • D-Day Voices – Monty Alexander